Cabinet de Gynécologie et Pédiatrie
    • 18 AOÛT 14

    Chirurgie du cancer du sein et ganglions sentinelles

    Quelques chiffres :

    En 2012, il y a eu 48763 nouveaux cas de cancers du sein en France. Il représente 31,5% des cancers chez la femme, il arrive donc n°1.

    10 % des cancers du sein surviennent avant 40 ans, 25 % surviennent avant 50 ans et près de la moitié avant 65 ans.

    En France, 8 à 10 % des femmes ont eu, ont ou auront un cancer du sein.

    La chirurgie conservatrice

    Il y a plusieurs façons d’opérer un cancer du sein :

    La quadrantectomie consiste à retirer un quadrant entier du sein, celui qui comporte la zone cancéreuse, la PAMectomie consiste à retirer l’aréole et le mamelon.
    PAMectomie-chirurgie-sein
    Et la tumorectomie, la plus fréquente actuellement, consiste à retire la tumeur du sein en emportant du tissu sain autour.
    tumorectomie chirurgie cancer seintumorectomie chirurgie cancer seintumorectomie chirurgie du cancer de sein

    Les ganglions axillaires :
    Le tissu mammaire baigne dans le liquide lymphatique qui circule dans les vaisseaux et se déverse dans les ganglions lymphatiques dont la plupart sont situés dans le creux de l’aisselle. Si un cancer se développe dans un sein, il peut s’étendre aux ganglions car la lymphe peut contenir et faire circuler les cellules cancéreuses.

    ganglions axilaires cancer du sein

    Le cancérologue doit savoir s’il y a une atteinte ganglionnaire pour décider des traitements adjuvants.
    Avant, le curage axillaire enlevait tous les ganglions pour les analyser mais cette intervention avait des complications:

    • À court terme: lymphocèle, infection, douleurs.
    • À long terme: lymphoedème, dysesthésie, diminution de mouvement, douleurs.

    Depuis quelques années, le dépistage est plus précoce donc le curage complet montrait moins souvent d’atteinte ganglionnaire… d’où l’ablation maintenant des ganglions sentinelles uniquement.

    Les ganglions sentinelles :
    Ce sont les premiers ganglions à filtrer les cellules cancéreuses. Le but de les retirer est de les analyser en extemporanée (c’est-à-dire pendant l’intervention) pour éviter un curage axillaire complet quand les ganglions sentinelles ne sont pas atteints.

    On les détecte par l’injection d’un produit radioactif sous l’aréole la veille de l’intervention et d’un colorant bleu sous l’aréole au moment de l’opération.

    Le chirurgien incise en regard de la zone radioactive et retire le ou les ganglions sentinelles. Il les fait analyser en extemporanée et ne réalise un curage uniquement s’il y a présence de cellules cancéreuses.

    Cette nouvelle technique a pour avantages une moindre morbidité, est peu douloureux, risque faible de lymphocèle (poche de liquide sous le bras), pas de lymphoedème du bras (« gros bras »), une hospitalisation plus courte et un arrêt de travail plus court.